Contact

Adhésion -Souscription
ADHESION – RE-ADHESION – ABONNEMENT – SOUSCRIPTION

bulletinAu moment où notre film sur les résistants juifs de la MOI voit le jour et où le musée virtuel est en
cours de réalisation, nous avons plus que jamais besoin de votre soutien fraternel et financier.
Votre adhésion pour 2016, l’abonnement à la Lettre et vos dons sont indispensables pour que nos projets
puissent être menés à terme. (Les adhésions et abonnements sont valables pour l’année civile – 1er janvier, 31 décembre).

Très cordialement
Le bureau de MRJ-MOI

Adhésion -Souscription
Un reçu Cerfa vous sera adressé.

 

7 réponses à Contact

  1. Félix Magal dit :

    Bonjour,

    J’ai lu l’article dans l’humanité concernant les commandos à Auschwitz, j’ai était réellement passionner par ce sujet dont très peu parlent.
    Comme dans l’article vous parliez de votre « musée virtuel » prévu en 2015 je me propose de vous offrir mes services en tant que chef de projet web. Je m’intéresse justement à ça dans le web, travailler et faire en sorte qu’un contenu culturel ou informatif soit pertinent grace aux technologies moderne.
    Il serait pour moi très stimulant d’aider à faire passer un message aussi important sur internet.
    À votre disposition.

    Félix Magal

  2. ASSOCIATION FOR THE RECOVERY OF HISTORICAL MEMORY-SPAIN – project proposal‏

    THE ASSOCIATION FOR THE RECOVERY OF HISTORICAL MEMORY-SPAIN (Asociación para la Recuperación de la Memoria Histórica, or ARMH): Draft proposal for European observers to monitor the search for the disappeared in Spain: “Transnational perspectives in the search for those disappeared during the Spanish Dictatorship: European Encounters with the quest for TRUTH, JUSTICE, and REPARATION”.

    THE ASSOCIATION FOR THE RECOVER OF HISTORICAL MEMORY – SPAIN (ARMH) is planning a series of international meetings on various aspects surrounding the exhumation of Spanish mass graves, including: sociological, juridical, technical, and journalistic viewpoints.
    Our Organization’s proposal to the European Organization’s Education, Audiovisual and Culture Executive Agency’s Program: “Active European Remembrance” (http://eacea.ec.europa.eu/citizenship/programme/action4_en.php), coordinated and financed by the European Commission, seeks to collaborate with other European organizations on an “international partnership for protection of fundamental rights” program. We propose to place observers at various exhumations that the ARMH will conduct during the 2014-2015 period,, of victims who were disappeared during the Francoist dictatorship in Spain (1936-1939).
    The search for Truth, Justice and Reparation that social movements, including the ASSOCIATION FOR THE RECOVERY OF HISTORICAL MEMORY-SPAIN (ARMH), have pioneered since 2000, by exhuming and identifying the disappeared using scientific methods – resulting in the exhumation of more than 150 mass graves and the identification of more than 1500 men and women – should be supervised and observed by independent and transnational organizations. In order to carry out this work of “international observation,” the ARMH proposes to invite representatives from different European organizations to the exhumation of a mass grave of disappeared persons during the military dictatorship in Spain in order to promote of democratic values, Human Rights, and Universal Justice.
    During their stay in Spain, the international observers would have the opportunity to collect sufficient data for future essays and would be able to discuss their different positions on the establishment of Democracy in Europe with other invitees. Moreover, the activities of the ARMH include scientific and cultural programs (public talks, film screenings, interviews with victims of Francoism and collaborations with other civic organizations). In addition to the aforementioned activities surrounding exhumations, the observers would also have the opportunity to visit the institutions, civic associations, sites of memory in Spain, etc. The final objective of our project is the publication all the participants’ essays, in order to raise awareness in Europe about Spanish civil society’s efforts to locate the disappeared.
    In order to provide more of a European dimension, the ARMH has prepared significant visual materials, including with two itinerant expositions, which could be displayed in various European cities where collaborating organization are headquartered. Together with our members, we wish to create a transnational network of historical memory and remembrance of the victims of the Francoist dictatorship.
    In order to carry out this project, the ARMH needs member who are willing to promote our proposal and also help us contact experts in the various disciplines that encompass the work of the ARMH. The ARMH will support the costs derived from the organization of the activities of this project presented to the Europe for Citizens Programme.
    Thank you very much for you time and consideration.
    ARMH
    http://www.memoriahistorica.org

  3. maribel serra dit :

    Bon jour

    Je suis en train de préparer un documentaire sur l’histoire des juifs qu’ils van passer sur les Pyrènes pendant la Seconde Guerre Mondiale, en fuite des nazis.
    J’ai vu un documentaire, émis par France 3 le 18 du Juliet, qu’il s’appelle L’héritage retrouvé : Limoges, un refuge juif dans la tourmente. A ce documentaire ont utilisé images d’un autre documentaire, « Nous continuons » que selon les crédits est à la Union des juifs pour la Résistance et l’Entraide. Nous avons écri a la UJRE, mais nous n’avons pas de réponse. Est-ce que vous pouvons-nous informer sur le documentaire et sur la UJRE ?
    Salutations cordiales
    Maribel Serra
    Je suis cherchent ce documentaire originale. Est-ce que vous pouvez m’informer sur cette question ?

    Cordialement,

    • adminm dit :

      Bonjour,
      J’ai bien pris connaissance de votre demande et de l’intérêt que vous portez à cette histoire. Notre association MRJ-MOI qui à pour objectif la création d’un « musée virtuel » sur l’histoire des résistants juifs travaille en collaboration avec l’UJRE et donc je ne manquerais pas de m’assurer de cette transmission. Pour autant il n’est pas toujours facile de transmettre des documents video dont les droits d’auteurs sont soumis à réglementation. Nous verrons au mieux comment répondre à votre attente
      Très cordiales salutations
      MRJ-MOI

  4. Studeny-Singer Alexandre dit :

    Monsieur le Président,

    Je suis le neveu de Maurice (Moritz) SINGER, l’un des 69 fusillés du 15 décembre 1941 au Mont Valérien et j’ai eu l’honneur de correspondre et de rencontrer Léon TSEVERY qui affirme dans le témoignage qu’il a déposé à Yad Vashem, que mon oncle a été fusillé pour faits de résistance (PJ).

    Mon oncle a été arrêté le 4 septembre 1941 et demeurait à Paris 9e, 10/12 cité Trévise et interné à Drancy.

    La liste des fusillés du 15/12/1941 (PJ) précise les motifs de cette arrestation : « juif. réfugié sarrois. Communiste actif. Se livre à la propagande communiste et gaulliste ».

    Il s’était engagé, volontairement au 23e R.M.V.E. début 1940, est monté au front le 3 juin 1940, sous le matricule 7803 du R.V.M.E. -C.A.3 4eme section. Ce régiment a quasiment été détruit lors des engagements du 10 juin 1940, regroupé à Agenais au sein du 23e R.M.V.E, dissous le 1er juillet 1940.

    Constatant que figurait la mention « non mort pour la France » sur le site de Mémoires des Hommes, j’ai demandé à l’ONAC de bien vouloir lui accorder cette mention. La réponse a été négative (PJ) sous un « prétexte » de non nationalité française, en se basant sur les articles L.488 et L.489 du code des pensions militaires.

    La lecture de ces articles ne précise, en aucune manière, que la mention « mort pour la France » est réservée aux seuls ressortissants français, bien au contraire.

    J’ai contesté, par LRAR, auprès de l’ONAC cette décision, comme non fondée juridiquement en date du 27/11/2014 et contraire au Devoir de Mémoire.

    J’ai précisé à l’ONAC, qu’en aucune manière ma demande avait pour objet d’obtenir une quelconque réparation matérielle. Je suis sans aucune nouvelles.

    J’ai, par ailleurs constaté que sur les 69 fusillés du 15/12/1941, seuls 29 ont droit à la mention « mort pour la France ». Il s’agit, pour 26 d’entre eux de ressortissant de nationalité française et pour 3 d’entre eux de démarches individuelles accomplies en 2009,2010 et 2011.

    Selon les renseignements que j’ai pu obtenir, il y aurait eu quelques( 1 ou 2) condamnés de droit commun parmi ces fusillés. Il en resterait donc entre 38 et 39 qui devraient se voir reconnus la mention « mort pour la France ».

    Le but de ce courriel est d’obtenir votre soutien pour que soit enfin reconnu que ces fusillés sont « mort pour la France » et non pour rien et qu’enfin justice leur soit rendue. L’année 2014, année de la Mémoire, aurait pu le permettre, mais cela ne sera pas.

    En tant que seul membre direct de la famille de Moritz SINGER encore en vie et français, je considère que cela fait partie de mon devoir, de mes droits et de ma citoyenneté.

    Vous remerciant, par avance, de soutenir ma démarche, je vous prie de croire, Monsieur le Président, en mes sentiments les meilleurs

    Alexandre STUDENY-SINGER

    • adminm dit :

      Bonjour Monsieur,
      J’ai pris connaissance de votre message et transmis à notre présidente, Claudie Bassi-Lederman. Bien sûr nous allons faire tout notre possible pour soutenir votre démarche.
      Cordiales salutations
      Pour le Bureau , Maryse Wolikow

  5. Marc Chapiro dit :

    Mon grand-père Grisha Chapiro et sa femme Bronia Chapiro ma grand-mère, ont participé aux activités de la rue Amelot. Ils ont été internés le 15 avril 42. Ils ont tous les deux été activement organisateurs des activités de la cantine et ils ont participé aux activités clandestines. Mon grand-père Grisha a sans doute été un militant actif de la MOI mais aucun témoignage ne subsiste dans la famille et ses deux fils sont très âgés et n’ont pas d’éléments précis sur cette participation. Mon grand-père avait été arrêté par la police tsariste en 1905 pour activité révolutionnaire, et il avait eu par ailleurs des relations suivies avec la direction du parti communiste de l’Union soviétique et en particulier en Géorgie. Mon cousin est en train de rédiger un ouvrage sur notre famille qui à quitté l’Union soviétique en 1926 pour Berlin puis Paris en 1933, j’aimerais savoir s’il y a des traces de Grisha ou Georges Chapiro (ou Shapiro) dans les archives de la MOI dont vous pouvez éventuellement disposer. Je sais bien que le musée de Champigny est fermé pour l’instant, mais malheureusement le temps presse.
    Merci infiniment pour votre réponse, très fraternellement, Marc Chapiro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *