Dévoilement le 4 octobre 2021 d’une plaque en mémoire de Cécile et Marcel CERF

Dévoilement le 4 octobre 2021 d’une plaque en mémoire de Cécile et Marcel CERF

La mairie de Paris a rendu hommage à Marcel Cerf et à Cécile Cerf par la pose d’une plaque mémorielle lundi 4 octobre 2021 Laurence Patrice, en charge de la Mémoire et du Monde combattant à la Mairie de Paris et
Carine Petit, maire du XIVème arrondissement, ont évoqué Marcel Cerf et Cécile Cerf.

Dans l’assistance, très nombreuse et attentive, étaient présents Claudie Bassi-Lederman, présidente de MRJ-M.O.I., Raymonde-Tauba Staroswiecki et Raymonde Baron pour PNM et l’UJRE, Sylvie Zaidman présidente du Musée de la Libération, Roger Martelli, président de
l’association des Amies et Amis de la Commune de Paris-1871, la représentante de la BHVP et plusieurs responsables d’associations de Résistance.

photos Ernest Tosetti

Cécile Cerf naît le 12 janvier 1916 à Vilna, devenue Wilno puis Vilnius, capitale de la Lituanie. Elle est la fille aînée de Moshe Shalit, Président de l’association des écrivains et journalistes de langue yiddish et co-fondateur du YIVO.

Cécile se rend à Paris en 1932 pour y poursuivre des études. Elle épouse Marcel Cerf en 1934. Elle restera en France.  En Lituanie, toute sa famille sera exterminée par les nazis.

Cécile Cerf va très tôt s’engager dans la Résistance. Cadre FTP-M.O.I., elle est traquée par les Brigades Spéciales. Ente autres actions, elle participe au  transport d’armes, dirige une imprimerie clandestine, organise  la Résistance parmi les femmes, toutes immigrations confondues, et supervise les maquis des Milices patriotiques.

La guerre terminée, elle co-fonde la Commission Centrale de l’Enfance (CCE) et  occupe le poste de secrétaire de rédaction du quotidien yiddish Naïe Presse puis, pour la Presse Nouvelle Hebdomadaire  (PNH),  elle traduit en français  les oeuvres  de grands auteurs de langue yiddish. Lors du centenaire de la naissance de Sholem Aleichem,  elle organise  des soirées  d’hommage  à l’UNESCO et à la Sorbonne. Elle est l’une des animatrices du centre culturel  de l’UJRE  et  elle  prend la direction de  la librairie du Renouveau.

Elle meurt prématurément  à Paris le 29 décembre 1973.

Marcel Cerf,  né le 4 octobre 1911 à Versailles ; photographe social lié au magazine Regards, il  se consacre, après 5 ans de captivité en Allemagne, à l’histoire de la Commune de Paris-1871 dont il devient un  spécialiste. L’un de ses ouvrages les  plus connus est consacré au personnage extravagant de  Maxime Lisbonne, communard juif, Commandant  valeureux sur les barricades  et  saltimbanque sulfureux.

Dès la  création de la PNH,  la responsabilité d’une chronique permanente est confiée à Marcel Cerf. La page « Histoire » constitue alors une référence  pour les lecteurs et au –delà même de l’hebdomadaire. Il rédige de très nombreux articles pour la revue  La Commune.

De nombreuses expositions sont consacrées, en France et en Europe, aux photos de Marcel Cerf.

Marcel Cerf a été vice-président de l’association des « Amies et Amis de la Commune de Paris » jusqu’à sa mort, le 1er janvier 2010.